14 avril 2010

L'Ultra Montée du Salève 10/04/2010

Pffiiuuu, ça y est, j'en suis revenu et pas qu'un peu satisfait : UMS... Ultra Montée du Salève ou plutôt Une Montagne de Sensations ou encore Ultra Malade Sanguinaire !!!! Bref, comme, je le laisse supposer, ce fut une course peu banale, dure et en même temps magnifique, riche de rencontres et d'enseignements. Un samedi 10 avril de toute beauté en somme.
Arrivée au pied du téléphérique après 2h00 de voiture, je statione en me demandant bien de quoi va être faite ma journée. Je suis étonné autant qu'impatient. Je me suis inscris sur un coup de tête après avoir consulté le kivaou sur Kikourou et vu l'enthousiasme de Francesca parlant de "sa" montagne. Pour les données c'était simple : 6h00 de course non stop, 3,2 kms de course dont 800m de plat (et donc 2,4 kms de grimpette), 663m de D+ et redescente en cabine. Pente moyenne : 27%... Ca c'est pour l'intitulé.
En revanche, ce que je ne savais pas, c'est comment j'allais bien pouvoir réagir face à autant de montée, moi le coureur de trail qui n'avance (bien) que sur le plat !!! Je suis venu chercher du dénivelé, je vais en trouver, c'eest certain.

Tout en préparant mes affaires, je vois une nuée de kikoureurs arriver : Sarajevo, Tercan, Rapace74, Golum, Badgone, martinev, Yanshkov (futur vainqueur), etc... Ma parole, on se croirait tous sortis de notre ordi !!! Sauf que là, c'est à coup de D+ que ça va se discuter. Je doute que nous ayions le temps ni même le souffle pour argumenter sur les sujets qui passionnent la communauté habituellement. Je crois surtout que c'est l'occasion pour certains de se retrouver entre potes et partager un moment de convivialité. Je suis nouveau dans cette communauté mais j'aime bien l'esprit qui y règne. Ca chambre (un peu), ça rit et surtout ça soutient ! Et ça, durant 6h00, ça va être le nerf de la guerre ! J'ai prévu 5 montées mini, ce qui devrait me faire tt de même 3315m de D+. La dernière fois que j'en ai fait autant, j'ai mis 70 bornes pour les atteindre, c'était à Serre Chevalier pour le trail des Cerces... No comment...

Après le brief de Francesca le départ est donné : 120 furieux qui s'élancent comme un seul homme à l'assaut de la montagne ! Je pars sur un rythme tranquille, environ 13/14kmh. NOrmal c'est plat, c'est facile ! Au bout de 800m et après avoir traversé l'autoroute, on entre dans le terrain de jeu. La pente commence à se lever. Doucement pour commencer, nous pouvons tous courir. Le chemin est assez étroit, les cailloux se font plus présents. Je me sens bien. Je ne connais pas encore le reste du parcours mais je trouve que j'ai des jambes plutôt correctes aujourd'hui. Ca me change de la semaine qui vient de s'écouler... Purée, ça se raidit encore plus et voilà qu'apparaissent les premières marches. Que dis-je, ce sont des espèces pierres alignées, j'en suis sûr, pour nous gêner. Nous longeons la barre rocheuse, la pente s'envole littéralement ! C'est fini, je ne peux plus courir. Tout juste relancer sur les replats longs... d'un mètre !J'ai les bâtons dans le sac mais je ne veux pas les sortir. Nous sommes nombreux et je ne tiens ni à passer derrière, ni à gêner. Je veux aller à mon rythme, bien décidé à grimper. Inconsciemment, je commence à découper en 3 tronçons le parcours.

Lorsque j'arrive au tunnel, je me garde bien de regarder mon cardio. Le souffle est court, il ne m'en faut pas plus pour savoir que je suis au taquet. J'arrive néanmoins à relancer et courir sur cette portion relativement "plate" (ouais tu parles...). Nous attaquons à ce moment là, la montée en forêt qui nous amènera jusqu'aux maisons nichées au creux de la montagne. Après un répit relatif sur une petit chemin, la pente se fait soudain plus nerveuse et c'est parfois avec les mains qu'il faut grimper. Et que je passe des racines, des marches, des rochers sous l'oeil des bénévoles. La pente doit friser les 40% par endroit ! Et soudain nous arrivons à une espèce d'usine ! Je crois être arrivé au sommet, mais non ! Il faut passer juste derrière (merci le petit muret qu'il faut enjamber, il fera vite mal dans les cuisses lui !) pour recommencer à grimper de plus belle. Le cheminement se fait désormais en serpentant sur la pente qui est raide comme je n'en avais encore jamais pratiqué. Ce n'est pas compliqué, j'ai le vertige si je me retourne ! Ca brûle les cuisses, j'appuie tant que je peux dessus pour monter. C'est à ce momnet là, que Tercan me passe en m'oucourageant gentiment. J'essaie de suivre et bien m'en prend, ça me permet de me relancer. Et soudain, miracle ! La vue se dégage, l'horizon s'éclaircit, j'entends du bruit, c'est la roue du téléphérique (il fonctionne, ouf !!!) qui redescend les premiers coureurs. Je passe l'arche d'arrivée en compagnie de Tercan, j'ai mis 41 mn. Et dire que c'est la première, j'ai les cuisses détruites ! Pour une mise en bouche... C'est top ! On file au ravito, on se regarde tous un peu éberlués (genre je fais quoi ?) et on repart dans la cabine. Nous retrouvons Rapace74 qui est monté la fleur au fusil (il fera une course superbe de maîtrise) qui a l'air visiblement d'être aux anges ! 5mn de redescente, ça aide à récupérer. J'en profite pour sortir mes bâtons qui seront des alliés plus que précieux pendant ces 6h00  et c'est parti pour une 2nde montée : 43mn. 3° montée : 48mn, 4° montée : Je repars, blindé d'envie de bien faire sachant que c'est l'avant dernière de mon programme. J'avance plutôt bien et double même qques concurrents qui s'attardent. Arrivé quasiment en haut, je me fais doublé par 3 fusées, ce sont les 3 premiers ! Quelle facilité ! Je me sens soudain à l'arrêt, les jambes lourdes. J'ai pourtant l'habitude de côtoyer de bons coureurs mais de bons grimpeurs, plus rarement. Je reste scotché et repars tant bien que mal. J'arrive finalement en haut en 50mn, encouragé par Badgone tout en haut qui m'exhorte à aller vite car la navette ne va pas m'attendre.
Je décide pourtant d'attendre le prochain tour et commence à prendre le temps de me ravitailler. J'en ai prévu 5 et j'ai tout mon temps !!! Et puis, je ne sais pas quelle mouche me pique, je pars en courant en gueulant de m'attendre ! Je suis le dernier concurrent à prendre la benne, les portes se ferment sur moi et c'est parti pour une 5° !!!

Ce qui est curieux, c'est que plus les montées s'enchaînent et plus je trouve que le temps passé à grimper passe vite (contrairement à la première montée) alors que je vais moins vite maintenant. Comme quoi, la force de l'habitude... Cette 5° montée, je veux la gérer car j'entrevois désormais la possibilité d'en faire une 6°. Je démarre tranquille, je retrouve Tercan à ma grande surprise. Je le croyais déjà loin devant. Nous devisons gentiment et il me dit qu'il se sent plus randonneur que coureur ! Je le crois volontiers car il grimpe bien et il a de la caisse ! Pourtant, il n'est pas au mieux dans cette 5° et malgré tout, je le décroche après qu'il m'est encouragé à partir à mon rythme. Je remonte tranquillement, passe quelques "coureurs". La course commence à avoir fait des dégâts. J'en ramasserai même un quasiment en haut, perclus de crampes qui ne veut plus repartir. Je l'aide à se relever, l'encourage et lui signale qu'il en a quasiment terminé. Je suis content car il arrivera finalement en haut, son épouse l'attend et je le vois heureux d'en avoir fini avec cette montée. J'aurai, au passage, moi aussi pris une ascension de plus à quelques coureurs. J'en suis fier.
J'ai mis 53mn pour cette montée. Long.
Il est 14h30, la dernière montée est pour 15h15, j'ai les jambes, je repars pour une 6° c'était inespéré !!! J'attendrai malheuruesement un peu longtemps cette benne, la dernière venant juste d epartir à mon arrivée. Il me faudra patienter quasiment 15mn avant d'entrer dans la benne. Au hasard de cette benne, Karine Herry, s'assied à côté de moi et nous commençons à discuter. Elle va attaquer sa 7° montée et me confie qu'elle le fait au mental car sinon, elle n'a pas de jus ! Et de nous expliquer que jeudi elle a fait 59 kms avec l'équipe de France des 24h00, qu'elle a terminé la dernière heure à plus de 14.... Bref, je reste bouche bée et devant la championne et devant sa simplicité à en parler. C'est peut être cela qui fait le talent aussi... J
e suis aussi avec un coureur du coin, nous avons fait les 5 montées ensemble et avons bien sympathisé, le temps des descentes (ben oui, parler dans la montée, c'est chaud !). 15h50, nous repartons tous les 3 (Pascal le coureur de Hte Savoir, Tercan et moi). Pascal part devant au bout de qques dizaines de mètres et je décide de ne pas suivre mais au contraire de bien gérer la première partie pour essayer d'envoyer tout ce que je peux dans la partie intermédiaire et finale. Au passage, rapace74, resté 30mn tranquille en haut avant de faire sa 6° ascension, va me passer comme un avion (chapeeau au bout de 6, je suis impressionné !).

De mon côté, j'avance petit à petit. Je vais ainsi commencer à me sentir de mieux en mieux au long de cette ascension qui passera "comme une lettre à la poste" (oui bon ben j'ai quand même vachement mal à un mollet et e coude, à force de tirer sur les bras, ça vire à la tendinite !). Je rejoins Pascal dans le dernier mur et nous finirons l'ascension ensemble. Nous passons l'arche d'arrivée à 15h42 (4h48 d'ascension continue), nous serrons la main en nous félicitant. J'apprends que martinev a fait une très belle course et ait arrivée il y a qques mn. Karine Herry, en grande championne, termine 2°, devance par Colette Brocard. Quelques mn s'écoulent et j'ai la chance d'assister à l'arrivée de Yanschov, kikouruer, qu ien termine avec ses 8 ascencions (!) et termine bien entendu à la première place. Son émotion et sa joie font vraipment plaisir à voir. Vraiment, quelle belle fête que cette journée !!!

Fatigués, nous redescendons Pascal et moi tranquillement pour nous changer, aller boire une bière et assister un moment à la remise des prix. Je n'aurais pas le privilège de saluer Tercan une dernière fois et lui souhaiter un bon anniversaire car j'ai encore 2h00 de route à faire. C'est donc tout doucement que je repartirai d'Etrembières après avoir écouté et senti l'émoition de Francesca l'organisatrice mais aussi, applaudi Yann, Colette, Karine, de bien beaux champions ! Chapeau à toutes et tous pour votre participation à cette course hors normes. Je reviendrai l'an prochain, c'est certain. En famille !

Posté par jeanphi1971 à 16:48 - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires sur L'Ultra Montée du Salève 10/04/2010

    Bravo

    Pour quelqu'un qui se dit en difficulté dans les montées, tu t'en sort plutôt très bien !!!
    En tous cas, c'était un plaisir de faire ses montées avec toi, comme tu le dis si bien, c'est agrèable de mettre des visages sur des pseudo.
    Félicitations pour ta perf !! Et l'année prochaine, on tente la demi heure de moins pour le même nombre de montée ????

    Posté par Tercan, 15 avril 2010 à 07:38
  • Ca doit bien cramer les cuisses ce genre d'épreuve!!
    Toujours en forme le JP!!

    Posté par xavier, 20 avril 2010 à 20:35
  • clermont !

    pour ta question sur kikourou pose la question là, elle habite clermont : http://miaou.over-blog.fr/ext/http://nebulus.zapto.org/miaou/

    Bon run !

    Posté par nic2wall, 27 octobre 2010 à 21:34
  • salut,

    première visite sur ton blog : quel beau CR !

    Par rapport à KK, tu as rajeuni de 2 ans sur ton blog (passage de 69 à 71) mais on te reconnait quand même !!!

    a bientôt.

    Posté par Arclusaz, 28 décembre 2010 à 13:30
Poster un commentaire